Pourquoi regarder des séries et des films en V.O, c’est bien…mais ça ne suffit pas ?

Pourquoi regarder des séries et des films en V.O, c’est bien…mais ça ne suffit pas ?

Il y a trente ans, les jeunes (dont je faisais partie) partaient à l’étranger pour s’immerger dans un pays, se confronter à de nouvelles cultures et parallèlement apprendre une deuxième langue. Là-bas l’idée était de se retrouver face à des sonorités et accents différents – qui parfois laissaient place à des interprétations approximatives voire saugrenues -, à apprendre au travers d’échanges et à s’ouvrir à l’autre. Le conseil était de se heurter au local, d’oser parler et de se voir progresser au fur et à mesure des séjours. De ce contact direct, on s’imprégnait de nouvelles façons de vivre et on s’affranchissait de nos propres repères linguistiques et culturels.

Depuis, les choses ont quelque peu changé. Si certains jeunes perpétuent la tradition de l’immersion, d’autres, par facilité ou alors du fait d’une mondialisation qui aseptise même le goût de l’anglais, optent pour une approche plus ciblée de seul visionnage de films ou séries en V.O. Or oui, l’idée a son charme ; l’oreille va se prêter à un exercice ludique d’imprégnation efficace. Apprendre une langue tout en s’amusant est forcément positif.

Mais malheureusement l’écoute, même très active, de la V.O n’est pas suffisante. Une bonne oreille peut beaucoup mais ne peut pas tout ou alors pas pour tout le monde. Chacun son style d’apprentissage, chacun ses forces, chacun son profil. Nous ne sommes pas tous égaux devant l’anglais.

A soi de savoir ce que l’on veut. Si en plus des avantages tirés des plateformes numériques, on souhaite privilégier son oral, sa prise de risques et sa capacité à se mettre en situations d’échanges, alors pour cela, on quitte son canapé et on se met en mouvement. Car, en ce qui concerne l’anglais, rien n’est incompatible. Tout n’est que question d’équilibre et de complémentarité !

Tags:
, ,
No Comments

Post A Comment

19 − 3 =